Chapitre 1 et 2 suite

 

3.    Les proc仕市 始onciatifs

 

Les structures de lユ始onciation

-       Le sch士a de la communication

Le locuteur (responsable de lユacte dユ始onciation) : celui qui parle

                                    produit un 始onc destin

Lユ allocutaire* : celui qui lユ残oute

Lユ始onciation d市igne lユensemble des param春res qui produisent (acte de production) ノ

Lユ始onc, son r市ultat

 

-       Les fonctions du langage

- Fonction expressive* : centr仔 sur le locuteur et manifeste sa subjectivit, son investissement affectif dans le discours :

Ex. ヌ Je vous ai destin ma vie aussit冲 que je vous ai vu, et je sens quelque plaisir en vous la sacrifiant. Jユenvoie mille fois le jour mes soupirs vers vous ネ (Lettres Portugaises)

Premi俊e personne/lexique affectif/caract屍isation hyperbolique (ici)

-Fonction conative* : vise le p冤e du destinataire cherchant le contraindre dire ou faire quelque chose (souvent lユimp屍atif) :

Ex.      Bajazet : Ajoutez cette gr営e tant de bont市,

                                    Madame. Et si jamais je vous fus cherノ

            Roxane : Sortez . (Racine, Bajazet)

 

Obligation de quitter lユespace sc始ique et de la parole

- Fonction r伺屍entielle : r思粛e la valeur purement informative de certains 始onc市 (r伺屍ence lユunivers extralinguistique, r仔l ou imaginaire) :

Ex. ヌ Paris est aussi grand quユIspahan. Les maisons y sont si hautes quユon jurerait quユelles ne sont habit仔s que par des astrologues. ネ (Montesquieu, Lettres Persanes).

 

- Fonction phatique* : accentue le contact et v屍ifie que lユinformation circule bien entre les interlocuteurs. Sユy rattachent les apostrophes* (Pierre), les appellatifs* (Madame), les appuis du discours (all, hi, heu, tu vois), les formules de politesse, les questions sans contenu informatif :

Ex. ヌ Oui, cユest normalノ- Voiノl伊tr峻 bienノ - mais juste, dites-moiノ- puisque je mユen rends compte, vous 腎es si francs, loyauxノ dites-moi juste 溝. ネ (Sarraute, Vous les entendez ?)

Exibe la vacuit des conventions sociales

 

-Fonction m師alinguistique* : le langage humain se prend lui-m仁e pour objet.

Ex. ヌ Je nユeus besoin pour les faire rena杯re que de prononcer ces noms : Balbec, Venise, Florence, dans lユint屍ieur desquels avait fini par sユaccumuler le d市ir que mユavaient inspir les lieux quユils d市ignaient [ノ] Mais si ces noms absorb俊ent tout jamais lユimage que jユavais de ces villes, ce ne fut quユen la transformant [ノ] ネ (Proust, A la Rechercheノ)

Activit m師alinguistique appr刺end仔 en termes esth師iques et oniriques (associ仔 par le narrateur lユactivit litt屍aire elle-m仁e - retour sur le code quユil utilise).

 

-Fonction po師ique : met lユaccent sur le message lui-m仁e. Elle concerne les jeux sur le signifiant et le signifi.

Ex. ヌ Il  a des fausset市 d使uis仔s qui repr市entent si bien la v屍it que ce serait mal juger que de ne sユy pas laisser tromper. ネ (La Rochefoucauld, Maximes).

Lユimage du d使uisement est esth師ique et argumentative ; elle 思oque un vice tout en 思oquant un lexique de la repr市entation th脂trale.

 

Questionner les sch士as de communication

            Un texte met en jeu une ou plusieurs de ces fonctions.

            Quels effets produisent-elles ?

            Caract屍istiques th士atiques ?

(Fran腔ise Chandernagor, La Chambre, p.11)

 

Les structures de lユ始onciation

 

Le sch士a de la communication (p.21)

 

= Ecriture et lecture

L'始onciation litt屍aire diff俊e d'un 残hange ordinaire car il n'y a pas de contact entre l'auteur et le lecteur (sauf peut-腎re ou th脂tre). Elle est le lieu d'un 残hange de voix et de visions (personnages / narrateurs / animaux / plantes / objets / 腎res imaginaires. Tout un concert de subjectivit市 s'expriment et clament leurs 士otions.

 

La lecture, le lecteur peuvent aussi participer l'四aboration du texte litt屍aire. Diderot dans Jacques le Fataliste,  interpelle son lecteur plusieurs reprises :
Ex. "Vous allez croire, lecteur, que ce cheval est celui qu'on a vol au ma杯re de Jacques : et vous vous tromperez. C'est ainsi que cela arriverait dans un roman ... mais ceci n'est point un roman, je vous l'ai d史 dit et je vous le r姿春e encore."

 

Un autre auteur que nous avons 師udi le semestre dernier entretient aussi une relation personnelle avec le lecteur : Dany Laferri俊e dans Enigme du Retour.

 

Questionner stylistiquement l'始onciation litt屍aire

 

On sera attentif au sch士a de communication :

- Quels sont les 四士ents qui r伺俊ent la situation d'残riture?

- ヒ l'acte de narration?

- Peut-on d残eler une isotopie de l'残riture, de la lecture?

 

(Fran腔ise Chandernagor, La Chambre, p. 241).

 

= L' 始onciation propre chaque genre

 

            - l'始onciation du genre romanesque : elle est 師udi仔 sous forme de narration (chapitre 3)

 

            - L'始onciation de la po市ie : elle varie selon les sous-genres (lyrique, 姿ique, narrative). La parole du po春e s'inscrit dans une 始onciation  auto-centr仔 (narcissique), ou totalement ouverte (ツho), ou blanche (po春e moderne) (Chapitre 4).

 

            - L'始onciation du genre th脂tral : elle est double et op俊e un gommage de l'une de ses sources pour ne laisser entendre et "VOIR" que les personnages s'exprimant sur le devant de la sc熟e au discours direct (chapitre 5).

 

La Dichotomie r残it vs discours

 

Il existe deux espaces :

                        - celui de l'histoire (personnages, actions) - CONTENU

- celui de l'univers de l'始onciation (acte qui produit et

organise le r残it) - FORME

 

- Le discours

 

Le mode du discours :

- pr市ence de la premi俊e, deuxi塾e (rare) ou troisi塾e

personne

- choix des temps verbaux

- le discours s'apparente un dialogue/monologue

(communication)

- les genres privil使iant le discours : le th脂tre, les essais, les

            romans la premi俊e personne

 

- Le r残it

 

            - dissociation compl春e entre le monde racont et l'instance

始onciative qui tente d'effacer sa pr市ence

            - choix de la troisi塾e personne

            - le pass simple (ou le pr市ent de narration)

            - la situation de communication est gomm仔

            - les genres privil使iant le r残it : le roman, le conte, les fables

 

N.B. Ces relations entre histoire et 始onciation, entre discours et r残it, existent rarement l'師at pur. Il faut les comprendre en termes de dominante. Il est tout fait possible que le cadre du discours abrite des micro-r残its et inversement, que le r残it contiennent des paroles.

Ex.                  "Th屍am熟e

            ヒ peine nous sortions des portes de Tr斯熟e,

            Il 師ait sur son char. Ses gardes afflig市

            Imitaient son silence, autour de lui rang市 ;

            Il suivait tout pensif le chemin de Myc熟es ;

            Sa main sur ses chevaux laissait flotter les r刃es."

            (Racine, Ph重re, V, 6)

 

Discours de Th屍am熟e qui contient le r残it de la mort d'Hippolyte.

 

Questionner stylistiquement le r残it et le discours

 

Quels sont les temps dominants?

Quel est le syst塾e des pronoms personnels?

Le rep屍age se fait-il par rapport aux 思始ements ou la situation

d'始onciation?

Le passage est-il homog熟e et ne rel竣e-t-il que d'un seul mode

d'organisation?

Si le passage est h師屍og熟e, quelle est la part du r残it l'int屍ieur du discours et inversement?

Quelle est la fonction de cette insertion?

Cr仔-t-elle un effet de distance, de proximit?

 

 

Les paroles rapport仔s

Il existe quatre possibilit市 du traitement de la parole dans un r残it (G屍ard Genette):

            - Le discours direct

Il laisse entendre directement les paroles d'un personnage sous la forme d'un dialogue ou d'une conversation (mode de fonctionnement fondamentalement d司ctique).

S'organise partir de :

- des marques typographiques (guillemets, tirets)

- des incises qui relient le discours direct la r使ie g始屍ale du r残it : dire, raconter, s'師onner etc. Dans le roman moderne, les incises peuvent dispara杯re.

- les pronoms qui renvoient directement au personnage

- le discours direct est le plus mim師ique des 4 modes car il permet de caract屍iser la parlure* d'un personnage (laisse entendre divers 士otions, intonations).

Ex. voir livre p. 28

 

           

- Le discours indirect

- Rapporte les paroles (traduites ou paraphras仔s) d'un personnage en les r市umant et les ins俊e dans une phrase dont le verbe recteur rel竣e du champ lexical* du dire (raconter, ajouter, rapporter, demander etc.).

 

- Le narrateur conserve son contr冤e sur la parole rapport仔

 

- se caract屍ise par la subordination

 

Ex. voir livre p. 28

 

            - Le discours indirect libre

 

- Forme hybride du discours direct et indirect

- La parole rapport仔 reste sous la r使ie du narrateur

- n'a pas recours la subordination

- 残ho plus ou moins lointain de la voix dont le discours est rapport

- la voix du narrateur et du personnage se superposent, d'o la difficult de cerner, d'identifier ce discours

 

 

 

 

 

            - Le discours narrativis

- r市umer totalement les paroles rapport仔s en un seul terme, souvent un verbe

- 残hange de paroles dont le d師ail n'est pas relat

Ex.  voir livre p. 30

(parler r市ume la conversation entre...)

 

 

            - Les pens仔s rapport仔s

- le psycho-r残it

permet de livrer la vie int屍ieure du personnage

collaboration du personnage et narrateur

Ex. voir livre, p. 30

 

- le monologue int屍ieur

correspond un effacement complet de la pr市ence du narrateur au profit de l'expression directe d'un de ses personnages

le lecteur est plong au plus profond de la conscience du personnage

Ex.  voir livre p. 31

 

(Flaubert, Madame Bovary)

Activit (voir feuille)

 

La polyphonie 始onciative

- Le locuteur prononce r仔llement le discours

- l'始onciateur responsable des actes illocutoires, c'est dire de la vis仔 pragmatique qu'il conf俊e son discours (asserter, raconter, pol士iquer...)

Deux cas se pr市entent : co貧cidence entre le locuteur et l'始onciateur ou dissonance (Int屍essant propos de l'ironie*, d師ournement du sens ou voix de la v屍it, de perversion de la parole de l'autre)

Ex. voir livre p. 31

- en italiques, paroles exactes de Valmont qu'elle fait d屍iver et leur donne un sens nouveau, de ridicule - d思ie les termes de Valmont de leur sens original. Ainsi les illusions de la jeunesse viennent se greffer sur les ridicules pr史ug市 : proc仕 pervers et efficace - efficacit appuy仔 par l'anaphore de "vous" (destin uniquement au duc) et usage syst士atique du pr市ent de l'indicatif valeur proph師ique

 

Syst塾e de la personnalisation

Analyse des participants ou des actants

Proc仕 grammatical qui inclut:

- les noms propres

qui d市ignent les personnages ou les actants

- les appellatifs*

qui sont les termes qui d市ignent l'allocutaire comme les apostrophes, les formes socialement codifi仔s (Madame, Marquise ...)

cr仔nt un effet de distance ou de proximit

- les d師erminants et pronoms possessifs

dans le po塾e de Baudelaire, L'Invitation au voyage, ils donnent imm仕iatement au po塾e son ton lyrique et intime : "Mon enfant, ma soeur..."

- les pronoms personnels

 

Questionner stylistiquement le syst塾e de la personnalisation

- Analyse et fr子uence des pronoms personnels dominants

-       Qui parle, qui? Qui pense? Qui sait? Qui 残oute? Qui est le sujet de l'始onciation? Les pronoms sont-ils repris anaphoriquement, sans ambigu付 ou avec des effets d'始allage*?

 

 

 

 

3.    Les proc仕市 lexicaux

 

- Le signifiant

      Forme mat屍ielle et concr春e des mots

      Elle est double : phonique (son articul) et graphique (retranscription des lettres typgraphiques sur le blanc de la page)

      Le langage est le mat屍iau "brut" de l'残rivain - sens des mots et leur forme concr春e - l'auteur cr仔 des jeux reposant sur le rapprochement de signifiants. Ces jeux reposent sur:

                        - des figures de diction (allit屍ation*--consonnes--, assonance*--voyelles--, paranomase*--sonorit市 semblables mais sens diff屍ent [glossaire, glose]--, hom姉t四eute*--reprises de sonorit市 identiques la fin d'une suite de mots, syntagmes--[se font savants jusqu'au dents]--, anagramme*--renversement des lettres d'un mot pour donner naissance un autre [Marie - aimer].

 

 

- Le signifi

      d市igne le contenu, l'id仔 ou le concept

      se d残ompose en une s屍ie d'unit市 de sens minimal nomm仔s s塾es*;

"Iris" contient les s塾es S1-production color仔 / S2 venant de v使師aux / S3 racine bulbeuse / S4 haute tige

=Un s塾e g始屍ique permet l'inscription du mot dans une cat使orie s士antique g始屍ale qui se fonde en g始屍al sur une dichotomie binaire (anim#inanim / concret#abstrait / statique# dynamique / ouvert#ferm etc.)                   

                        -- la d始otation

sens r伺屍entiel d'une unit lexicale, son signifi stable, celui qui permet d'師ablir la relation entre le signe et le r伺屍ent. Ainsi l'unit lexicale "chauve-souris" d市igne un petit mammif俊e ailes membraneuses qui se d姿lace volontiers au cr姿uscule. C'est son sens d始otatif (S1 anim / S2 mammif俊e / S3 ail). La d始otation livre un aspect objectif du sens // d伺inition du dictionnaire

-- la connotation

les connotations viennent se greffer sur le sens d始otatif - elles portent sur autre chose que sur le r伺屍ent du discours (touche affective, culturelle, id姉logique). Elle active la fonction expressive du langage:

Ex. "Quand la terre est chang仔 en un cachot humide,

O l'Esp屍ance, comme une chauve-souris,

S'en va battant les murs de son aile timide

Et se cognant la t腎e des plafonds pourris" (Baudelaire, Les Fleurs du mal, "Spleen et id斬l").

La chauve-souris est per講e en termes n使atifs - animal qui inspire le d使o柎, la terreur, de l'ombre, de la nuit, de la mort)

                        -- la polys士ie

=trait constitutif de toute langue naturelle

=un terme pr市ente une pluralit d'acceptations ("canard" = animal ou morceau de sucre imbib d'un liquide ou son criard ou fausse nouvelle ou un journal)

=elle favorise les glissements de sens (Le Canard encha馬)

 

Questionner stylistiquement la d始otation, la connotation, la polys士ie

 

- Les connotations sont-elles valorisantes ou d姿r残iatives?

- Sont-elles culturelles, id姉logiques, ou rel竣ent-elles de la sensibilit de l'残rivain?

- Comment la connotation enrichit-elle un champ lexical?

- Comment s'師ablit-elle? Sur un emploi archa敏ue ou sur un n姉logisme?

- La polys士ie repose-t-elle sur une remotivation du sens 師ymologique ("Les pas" - voir livre p. 140)?

 

- Les relations s士antiques

Elles organisent la configuration s士antique du lexique

 

            =relations d'inclusion

La relation d'hyponymie: unit un mot sp残ifique (iris) un mot plus g始屍al, l'hyperonyme, fleur.

Le choix d'une d士arche hyponymique plut冲 que hyperonymique?

 

            =relations d'子uivalence et d'opposition

                        - la synonymie

signifi市 quasi identiques mais signifiants diff屍ents : cime, sommet

Une variation connotative peut appara杯re dans une s屍ie de synonymes : keuf, flic, hirondelle, agent de police

 

                        - l'antonymie

unit市 de sens oppos市 :

                                   

Ex. voir livre p. 38

 

Questionner stylistiquement les synonymes, les antonymes

- Effets d'insistance, de soulignement, incantatoires?

- Quelles sont les connotations attach仔s aux synonymes, antonymes?
- Proc仕 d'analyse psychologique?

 

- Les r市eaux s士antiques

 

      l'isotopie

-recouvre diverses acceptations maisノ

-dans le cadre de cet ouvrage, elle est un r市eau de termes comprenant un s塾e commun

-fil dユAriane souterrain qui resserre la trame des mots pour orienter la lecture

-un texte peut se b液ir sur une isotopie unique ou poly-isotopie

 

Ex. voir livre p. 39

-isotopie de la relation autrui

-isotopie f仕俊e les champs lexicaux des relations mondaines et courtoises (Philinte)

-isotopie reprise par Alceste dans un champ lexical n使atif

 

Questionner stylistiquement lユisotopie

-Le texte est-il mono ou poly-isotopique ?

-Isotopie fondamentale ?

-Quels champs lexicaux lui sont associ市 ?        

-Est-elle marqu仔 par une connotation ?

 

      le champ s士antique

-sユ師ablit partir dユun signifiant unique dont on essaie de pr残iser la signification par lユanalyse dユun lexique particulier :

Ex. voir livre p. 40

-signifiant ヌ amour ネ est li un lexique de la guerre

      le champ lexical

-proc仕 inverse

- partir dユunit市 (adverbes, adjectifs, noms, verbes) qui expriment une m仁e notion, on essaie dユ師ablir la th士atique du texte

Ex. voir livre p. 40

-lexique de la nature

 

Questionner stylistiquement le champ lexical

-Relevez les termes entrant dans la composition dユun champ lexical.

-Peut-on identifier un terme cl ?

-Le champ sユorganise-t-il autour dユun hyperonyme ?

-Balise-t-il le texte ou est-il condens dans un paragraphe, dans une strophe ?

-Quelles connotations v刺icule-t-il ?

-Quel est son r冤e ?

-Quelles figures de style lui sont associ仔s ?

 

- Les registres de la langue

Les termes eau, flotte, one, H20 d市ignent le m仁e r伺屍ent mais ont des niveaux de langue diff屍ents et exploitent une variation sociolinguistique. Des connotations sont attach仔s lユemploi de ces termes (i.e. Onde sonnera archa敏ue et pr残ieux dans un roman contemporain

 

            =variation diatopique

elle est li仔 lユusage r使ional ou dialectal de certains termes ou lユinsertion de mots 師rangers : ヌ Alors, cユest ce quユon appelle un musicien di primo cartello ! sユ残ria-t-il avec une brusque r市olution. ネ (Proust, Un amour de Swann)

 

            =variation diachronique

emploi dユarcha不mes : i.e. Val屍y affectionne la remotivation 師ymologique de certains termes et joue souvent sur la palette des connotations archa敏ues de certains s塾es sortis de lユusage du fran溝is moderne. Nerval exploite lユarcha不me enchanteresse redoublant ainsi le s塾e divine de connotations magiques : ヌ Je pense toi, Myrtho, divine enchanteresse, Au Pausilippe altier, de mille feux brillant. : (G屍ard de Nerval,  Les Chim俊es).

 

            =variation diastratique

elle correspond au marquage sociolinguistique dユun terme – elle d伺init un groupe social (paysans, bourgeois, nobles et autres) – produit un effet de r仔l : langage litt屍aire ou soutenu / non marqu, neutre ou courant / populaire – ces variations sont ainsi lexicales mais aussi morphologiques, syntaxiques :

Ex. voir livre p. 42

 

Questionner stylistiquement les registres de la langue

-Quels sont les diff屍ents registres de la langue ?
-Effet de r仔l ?

-Produit la dissonance, la distortion, un effet comique ?

 

- Les registres dans la rh師orique classique

trois grands modes dユexpression oratoire dans lユesth師ique classique

                        =le registre simple recherche la clart, une certaine 残onomie, lユefficacit dユune parole directe

                        =le registre moyen est une sorte de juste milieu entre les extr仁es

                        =le registre sublime recherche une force de lユexpression et contient une 始ergie qui touche lユauditoire (ex. page 43 – Bossuet)

 

- Les proc仕市 grammaticaux

Impossible de rappeler toutes les valeurs des formes grammaticales (se rapporter un ouvrage de grammaire)

 

-       le r冤e des d師erminants

-normalement, en fran溝is, un nom ne peut pas fonctionner sans un d師erminant

-articles, possessifs, d士onstratifs, ind伺inis

-les effets de sens sont multiples

 

Ex. : ヌ Lユesprit est toujours la dupe du cマur ネ (La Rochefoucauld, Maximes) : le d師erminant d伺ini conf俊e aux abstraits une port仔 g始屍ale renforc仔 par le pr市ent gnomique* et lユadverbe toujours.

 

Questionner stylistiquement les d師erminants

-il faut commenter la pr市ence et lユabsence dユarticles (ex. voir  livre page 44

-       la caract屍isation lexicale

tous les mots dユun texte litt屍aire sont ヌ subjectifs ネ car choisis par lユ残rivain (traits axiologiques et/ou affectifs)

 

                                    =lユaxiologie ou le marquage axiologique

exprime les jugements de valeur du locuteur en termes p史oratifs ou m四ioratifs (laudatifs), en termes moraux

Ex. voir livre p. 87

                                    =le marquage affectif

termes qui manifestent une r斬ction 士otionnelle du locuteur :

ヌ Mon amie, je suis jou, trahi, perdu ; je suis au d市espoir : Madame de Tourvel est partie. ネ (Laclos, Les liaisons dangereuses)

                                    =le marquage non axiologique

ni jugement, ni engagement affectif, mais plut冲 description ヌ neutre ネ

Ex. voir livre page 46

 

-       la phrase

1) Construction

relations des phrases entre elles : on peut constater des effets de parall四isme* par reprise des m仁es constructions ou des tensions entre phrase simple et phrase complexe

                                    =phrase verbale simple : organis仔 autour dユun seul verbe (voir livre page 46, Pr思ert) – si il y a refus de lien de subordination entre les phrases : par parataxe*

                                    =phrase verbale complexe : comporte des propositions subordonn仔s (si elles sont ench鋭s仔s lユint屍ieur les unes des autres, on parle dユhypotaxe*

Ex. Proust – voir livre page 47


Questionner stylistiquement la phrase

-ordre des mots : inversion ou bouleversement de lユordre attendu ?

-parataxe ou hypotaxe ?

 

2) Effets de rythme

Pour caract屍iser le rythme dユune phrase, il faut examiner sa structure : la protase* est la partie montante de la phrase qui se d思eloppe jusquユ son point culminant, lユacm* et ensuite, lユapodose*, partie descendante de la phrase :

Ex. ヌ Les grandes afflictions et les passions violentes, / r姿artit Monsieur de Nemours, / font de grands changements dans lユesprit : et, // pour moi//, je ne me reconnais plus depuis que je suis revenu de Flandre. ネ (Mme de la Fayette, La Princesse de Cl竣es)

-       effet dユallongements avec la protase qui culminent sur le syntagme pr姿ositionnel

-       -br竣e descente avec lユapodose

 

Questionner stylistiquement le rythme de la phrase

-Evaluez les jeux volum師riques entre la protase et lユapodose : quels effets de rythme en d残oulent ?

-Quel est le terme ou le segment qui constitue lユacm de la phrase ?

-Effets de ralentissement ou dユacc四屍ation ?

-Si les deux parties de la phrase sont harmonis仔s, pourquoi cet 子uilibre ?

 

3) Les modalit市 dユ始onciation et dユ始onc

 

                                    --modalit市 dユ始onciation

Attitude du locuteur par rapport son allocutaire :

assertif, interrogatif, jussif, exclamatif, n使atif

Ex. voir livre page 48 o lユon trouve 4 modalit市 dユ始onciation

 

                                    --modalit市 dユ始onc

Pr市entent lユunivers de croyance du locuteur (narrateur ou personnage) :

                                                La modalit al師hique* (porte sur la valeur de v屍it de lユ始onc – du grec aletheia)

                                                La modalit 姿ist士ique* (du grec episteme, lユexp屍ience ou le savoir – porte sur la valeur du certain, de lユincertain – verbes ヌ savoir, croire, pr師endre ネ / adverbes ヌ sans doute, peut-腎re, certainement ネ)

                                                La modalit d姉ntique* (du grec ta deonta, ヌ ce qui doit 腎re ネ, porte sur la valeur dユobligation morale – verbes ヌ devoir, falloir ネ)

 

-       les adverbes

 

--adverbes dユintensit :  jouent un r冤e important dans lユ四aboration de lユhyperbole ou dans lユaffinement de la caract屍isation

ex. ヌ Rien nユ師ait si beau, si leste, si brillant, si bien ordonn que les deux arm仔s. ネ (Voltaire, Candide)

Lユaccumulation des ヌ si ネ cr仔 un effet dユironie

 

-       le verbe

 

--r冤es s士antiques

Noyau de la phrase verbale, pr市ide lユorganisation des autres constituants, le

sujet et les compl士ents

Qui est le sujet ? lユobjet ? quelle est la nature de leurs relations ?

 

Celui qui fait lユaction = lユagent (ヌ Je chantais nuit et jourノ ネ)

Celui qui subit lユaction = le patient  (ヌ Je vous bats avec vos armes ネ)

Sujet qui est le lieu de la manifestation dユun 師at = le si夙e (ヌ Je rougis sa vue ネ)

Celui pour qui se fait lユaction = le b始伺iciaire (ヌ Je vous ai destin ma vie ネ)

Le moyen utilis pour r斬liser lユaction = lユinstrument (ヌ Les mains ne

prennent plus mais donnent ネ)

Celui qui d伺init la source du proc峻 (ヌ cユest toi qui lユas nomm ネ)

 

                                    --Phrase verbale vs phrase nominale

Phrase nominale = phrase d姿ourvue de verbe :

le verbe est absent pour des raisons dユinterruption, de rupture dans la suite attendue dユun 始onc (souvent le cas au th脂tre quand un personnage coupe la parole un autre)

effet tragique – effet de la suspension :

Ex.

 

 

                        - lユemploi des temps

 

1)    Le pr市ent

= le pr市ent dユ始onciation : correspond lユacte dユ始onciation dユun locuteur qui sユadresse un allocutaire (forme romanesque la premi俊e personne ou dialogues th脂traux) : ヌ Jユaime. Ne pense pas quユau moment que je tユaime,

Innocente mes yeux, je mユapprouve moi-m仁e. ネ (Racine, Ph重re)

= le pr市ent de la narration (pr市ent historique) : ce pr市ent (qui se charge des valeurs dユun pass simple) donne au lecteur lユimpression que les 思始ements sont plus actuels (acc四屍ation, dramatisation de la situation expos仔) :

                                                            ヌ Un rat h冲e dユun champ, rat de peu de cervelle,

                                                            Des lares paternels un jour se trouva so柩.

                                                            Il laisse l le champ, le grain et la javelle,

                                                            Va courir le pays, abandonne son trou. ネ

                                                            (La Fontaine, Fables, ヌ Le rat et lユhu杯re ネ)

= le pr市ent gnomique : exprime des v屍it市 fondamentales, des valeurs morales (sentences, maximes, proverbes) :

ヌ Qui vit sans folie nユest pas si sage quユil croit. ネ (La Rochefoucauld, Maximes)

 

2)Le pass simple

Le temps phare du r残it selon Benveniste (actions situ仔s dans le pass et coup仔s de lユactualit du locuteur)

=le pass simple associ la premi俊e personne

Dans le th脂tre classique, il se rencontre d峻 quユil sユagit dユ思oquer des 思始ements ant屍ieurs aux 24 heures d四imitant lユespace tragique.

Ex. ヌ Je la vis, je rougis, je  p瑛is sa vue ネ (Racine, Phedre)

 

= le pass simple, marqueur du r残it

Comme lユa montr Roland Barthes dans LユEcriture du roman, le pass simple est devenu lユindice de la litt屍arit du r残it et construit dユembl仔 lユunivers de la fiction.

 

= le pass simple et lユimparfait

Lorsquユils se rencontrent dans le cadre dユune m仁e phrase ou proximit dans un paragraphe, le pass simple a un r冤e dit de premier plan (met sur le devant de la sc熟e les 思始ements principaux) tandis que lユimparfait, dont le r冤e est de second plan, dresse le cadre du d残or.

 

3)LユImparfait

Comme son nom lユindique ヌ lユim-parfait ネ, ce temps pr市ente des caract屍istiques imperfectives car il  ne marque pas les bornes du proc峻 contrairement au ノ

2)    Pass compos qui a une valeur aspectuelle dユaccompli

 

Questionner stylistiquement le temps

 

- Quel est le temps dominant, organisateur du passage ?

- Le passage est-il homog熟e ou h師屍og熟e du point de vue temporel ?

- Les temps servent-ils la mise en place dユanalepse* ou de prolepse* ?

 

Ex. La Modification

 

5. Les proc仕市 rh師oriques

 

Etymologiquement, elle se d伺init comme lユart de lユorateur qui prenait la parole en public sur lユagora de la cit grecque (rhetorik  teckhn) et dont le but 師ait de persuader lユauditoire dユun fait pr残is.

 

Apprentissage des r夙les et ma杯rise technique du verbe

 

ヌ La g始屍ation du discours persuasif ob司t cinq 師apes : invention, disposition, m士oire, 四ocution, action. La disposition du discours type sユorganise elle-m仁e en cinq parties : exorde, narration, confirmation, r伺utation, p屍oraison. Ces cinq parties renvoient trois partenaires : lユorateur qui veut persuader, lユinterlocuteur quユil doit persuader et son contradicteur quユil doit r伺uter ネ

 

Le discours de lユorateur pr市ente un parcours codifi comprenant :

-       lユinventio : quoi dire

-       la disposotio : comment le dire (ordre)

-       lユelocutio : ajoute de lユornement aux mots

-       lユactio : joue le discours comme un acteur

-       la memoria : faits enregistr市 et fix市 par la m士oire

 

Les 2 derni俊es 師apes sont moins pr市entes dans les マuvres litt屍aires

 

- Les grands genres de lユ四oquence

 

Il faut persuader quelquユun de quelque chose !

Trois genres dユ四oquence existent :

                        - le judiciaire

Accuser ou d伺endre / prouver la culpabilit ou lユinnocence de quelquユun

Quelques propri師市 :

lユinterlocuteur est un tribunal ;

valeurs dominantes : vrai/faux ; juste/injuste ;

temps : le pass (cause du pr史udice / faits accomplis ant屍ieurement) ;

argument dominant = lユexemple

                       

- Le d四ib屍atif

Persuader / dissuader / conseiller /  d残onseiller

Quelques propri師市 :

                                                Lユinterlocuteur est une assembl仔 ou soi-m仁e ;

                                                Valeurs dominantes : utile / futile/ nuisible ;

Temps : le futur (fondement des actes que lユon va

accomplir) ;

                                                D暫at ;

                                                Argument privil使i  = lユenthym塾e

 

                        - Lユ姿idictique

Louer / vanter les m屍ites / bl盈er les d伺auts, les vices

Quelques propri師市 :

                                                Lユinterlocuteur est un public de c屍士onies, dユoffices religieux, de chaire ou de r残eption ;

                                                Temps : aucune temporalit en particulier ;

                                                Valeurs : bon/mauvais /laid / beau ;

                                                Argument rh師orique = lユamplification

 

 

- Lユinventio

Trouver les id仔s et arguments pour persuader :

            Arguments affectifs (psychologiques) et arguments logiques et rationnels

 

                       

 

- arguments affectifs

les caract俊es (ethos) concernent lユimage que lユorateur projette (il doit rendre ses propos cr仕ibles – marqueur stylistique = je)

les sentiments (pathos) concernent les affects de lユauditoire – doit susciter les col俊es, les passions, la col俊e, la piti etc.

 

- arguments rationnels

Domaine des preuves (probatio)

Preuves extrins述ues (ind姿endantes de lユorateur) et preuves internes (d姿endantes de lユorateur = topoi) : raisonnement par d仕uction (enthym塾e) et raisonnement par induction (exemplum)

Ex. page 61

 

- La dispositio

Organisation des id仔s, des preuves, des arguments

                                    -lユexorde : ouverture du discours. Il faut attirer lユattention de lユauditoire (captatio benevolentiae). On y trouve la question des mマurs de lユ orateur (ethos). On annonce le plan qui suivra (partitio). Il existe des d暫uts in media res refusant les codes de lユexorde.

                                    -la narratio : ou di使市is pr市ente les faits accomplis

                                    -la confirmatio : renferme les preuves pour d伺endre la narratio

                                    -La p屍oraison : la fin du discours, lユexposition des indices claustrations*. Elle pr市ente un r市um (enumeratio) et cherche 士ouvoir lユauditeur (pathos)

Ex page 100 Les Liaisons dangereuses

 

- Lユelocutio

Ajoute de lユornement aux mots:

1)   les figures de diction

Travail sur le signifiant, sur la forme des mots, le mat屍iel sonore du discours :

                        Lユallit屍ation*

                        Lユanaphore*

                        Lユantanaclase*

                        Lユaph屍峻e*

                        Lユapocope*

                        Lユassonance*

                        La paranomase*

 

Reprises – r姿師itions – effet incantatoire, de rythme, dユeffritement, de diss士ination de la forme et du sens, de musicalit

2)   les figures de construction

Affectent lユordre sujet-verbe-compl士ent – infractions :

Lユeffacement

                        Lユanacoluthe*

                        Lユaposiop峻e*

                        Lユasynd春e*

                        Lユ四lipse*

                        Le zeugme*

 

Lユinsertion dユun 四士ent

 

La  permutation ou disposition nouvelle

                        Lユanastrophe*

                        Le chiasme*

                        Lユ姿anorthose*

                        Lユhyperbate*

                        Le parall四isme*

                        La polysynd春e*

 

Acc四屍ation, raccourci, mise en valeur, insistance, gommage des contours etc.

 

3)   Les figures de r姿師ition

 

Lユanaphore*

Lユ姿itrochasme*

Lユisolexisme*

Le polyptote*

 

Puissant moteur au service de la progression textuelle –effets de sens multiples

 

4)   Les figures de pens仔

Concernent lユexpression des id仔s et modifient le regard pos sur le monde

 

                        Lユall使orie*

                        Lユantith峻e*

                        La diatypose*

                        Lユeuph士isme*

                        Lユhyperbole*

                        Lユhypotypose*

                        La m師alepse*

                        Lユironie*

                        La litote*

                        Lユoxymore*

                        La p屍iphrase*

                        La prosopop仔*

 

5)   Les figures de sens ou tropes

Elles sont fond仔s sur un 残art entre le sens propre et le sens figur

 

                        La m師aphore*

                        La m師onymie*

                        La synecdoque*